Le truc cool quand on bosse avec quelqu’un qui a fait des études dans un domaine qui nous est inconnu, c’est qu’on apprend plein de choses.

Le truc chiant quand on est comme moi, c’est que ça allonge la liste de lectures de façon exponentielle Y_Y

ces gens qui nous empoisonnent l'existence cover

Mon supérieur direct a fait des études en ressources humaines à l’unif et adooooooore nous (=mon collègue et moi) parler de ce qu’il a lu et appris au cours de ses études.

Etant donné que je suis plutôt quelqu’un de naturellement curieux (et comme j’ai moi-même eu quelques heures de cours sur ce sujet cette année) j’ai creusé le sujet en ce qui concerne les différentes personnalités toxiques.

Le livre-référence dans ce domaine est « Ces gens qui nous empoisonnent l’existence ».

Bon, sachant déjà que ce sont « les éditions de l’Homme » qui éditent cette traduction , je suis un peu réticente. Pourquoi? Bah, j’ai été libraire… et entre « Réfléchissez et devenez riche » et « Antimanuel de l’adolescence » mon opinion de ces éditions était un peu « c’est quoi cette merde ».

Donc, j’ai lu le livre de Lillian Glass.

Qu’en penser?

Je hais les américains et leur besoin de grandiloquence, de récits qui vous arrachent des larmes et de prêches!

Si on écrème le côté béni oui-oui et neuneu du bouquin, et qu’on garde le côté essentiel et plus théorique de la chose, j’ai trouvé ça très intéressant et très instructif. J’ai retrouvé énormément de personnes de mon entourage professionnel et/ou personnel dans certains profils. Ce qui fait froid dans le dos.

Le truc intéressant aussi c’est comment contrecarrer ces personnalités toxiques.

Les petits « tests » permettent une lecture dynamique et digeste.

Malgré tout, j’ai sauté des paragraphes complets, voire des pages complètes (Daniel Pennac en serait ravi) pour pouvoir aller à l’essentiel.

C’est l’avantage des bouquins de ce type, tout est classé, table des matières à l’appui et permet donc de lire en quelques heures un bouquin qu’il me faudrait plusieurs pour lire complètement s’il avait été un roman…

Au final , je ne recommanderais ce livre qu’aux personnes 1) que le sujet intéresse et 2) ayant assez de recul que pour faire le tri entre l’utile et le futile 🙂

Assez paradoxalement, je l’achèterais bien en format papier pour pouvoir le consulter de temps à autre… Par rapport au travail, il me semble être un ouvrage de référence.

 

A vous de vous faire votre propre opinion ^^

 

(Sur simple demande, j’ai l’epub de ce bouquin, n’hésitez pas!)

Leave a Reply