« Oh mon Dieu, vile mécréante, puisses-tu brûler au bûcher toi et ton hérésie! »

Oui, je sais, c’est ce que je pensais du livre électronique aussi avant…

Mais ça, c’était avant 😀

 

C’est un sujet qui divise, y compris pour moi-même.

 

Il y a la team du papier :

Le papier, c’est le bien, c’est vivant, tu peux le toucher, tourner les pages, sentir l’odeur, corner les pages, souligner, surligner, entourer, griffonner, gribouiller, te moucher dedans…

 

Et il y a la team de la tablette/liseuse électronique :

Tu vois, c’est hype, c’est tendance et puis le papier, c’est teeeellement XX° siècle!

 

Je caricature, volontairement.

Je suis une vraie grande fan du Livre. Je suis une fille de libraire, petite fille de libraire… J’ai bossé dans une librairie, outre celle du paternel, j’ai tenté de me faire un chemin dans le milieu des bibliothécaires… J’ai rêvé d’ouvrir une librairie d’occasion… Bref, une bonne partie de ma vie a été occupée entre la vente, l’achat, la lecture.

A l’époque, mon père disait qu’avec mon rythme, on allait devoir pousser les murs pour accueillir l’ensemble de mes petits protégés.

Aujourd’hui, j’en suis toujours à écumer les bouquineries mais plus trop les librairies. Mon budget n’y survivrait pas. Et la place finit réellement par faire défaut (j’en suis arrivée à faire des superpositions, des couches, des bouchages de trous…)

Le livre d’occasion fera l’objet d’un prochain post, c’est un sujet très riche qui mérite d’etre abordé (surtout en Belgique où on ne pratique pas le prix unique du livre comme en France et où les bouquinistes sont itinérants plutot qu’avec pignon sur rue).

 

J’ai découvert le livre électronique il y a quelques années déjà. A l’époque, en tant que libraire, j’ai meme vendu une liseuse 600€.

Lourde, pas pratique, pas ergonomique, pas intuitive, une autonomie ridicule (un prix tout aussi ridicule d’ailleurs).

Mais j’ai du coup voulu me lancer dans l’aventure du livre électronique, sans posséder de canal de lecture satisfaisant.

N’ayant pas les moyens d’investir dans une liseuse, j’ai d’abord téléchargé des livres de cuisine, de déco, de bricolage,… en pdf et que je lisais sur mon ordi (feuilleter est quand même le terme le plus à propos). Peu de texte, richement illustrés : je passais peu de temps dessus et c’était juste ce qu’il me fallait alors.

J’ai pu réellement commencer à lire des romans avec l’arrivée de la tablette Samsung Galaxy 10.1 première génération.

 

Ces derniers temps, je me suis beaucoup remise à lire en version électronique : ça prend pas de place, je peux lire sur mon téléphone ou sur ma tablette, à la maison, dans le lit, au bureau, dans le bus,… je lis même dans le noir : oui, le rétroéclairage me nique les yeux mais c’est un rêve de gosse qui se réalise!

 

Alors, résultat? Le papier ou l’écran?

Les deux! J’adore avoir mon bouquin en été, dans mon fauteuil, à l’ombre du parasol avec un verre de Coca plein de glaçons et dévorer les chapitres et voir diminuer les pages comme mes glaçons qui fondent dans mon verre…

Mais j’adore aussi brancher mes écouteurs le matin dans le bus, lancer la musique et ouvrir mon bouquin du moment et profiter de ce moment tout pourri qu’est le trajet vers mon bureau. Checker mes mails, chercher un mot que je n’ai pas compris, une référence que j’ai oublié, un fait historique que je ne connais pas, enregistrer un extrait du bouquin, chercher la bio de l’auteur,…

Beaucoup d’avantages aussi.

J’aimerais bien avoir une vraie liseuse, pour vraiment faire un comparatif qui tienne la route mais je ne pense pas au final que je la rentabiliserais autant : Google est tellement devenu mon ami que je passe d’un support à l’autre en conservant mes marques-pages, chose que je n’aurais pas avec un e-reader…de là à ce que Google fasse sa propre liseuse (ce qui est apparemment en cours mais pas encore réellement d’actualité).

 

Bien entendu,  c’est un avis personnel qui reste soumis à modification avec le temps… A vous de vous faire votre propre opinion!

Leave a Reply